Futsal. Qu’arrive-t-il à Hérouville ?

14 novembre 2017 Ecrit par 

Avec deux matchs nuls et trois défaites depuis le début de la saison, Hérouville ne doit son avant-dernière place qu’à la lourde pénalité de points infligée à Douai avant même le début de la saison. Samedi dernier, les Hérouvillais ont de nouveau déçu en concédant le nul devant Bagneux, loin de constituer pourtant un épouvantail dans cette D2.

 

Normalement, et sans faire injure à son adversaire, Hérouville aurait dû gagner facilement. En valeur intrinsèque, il n’y a pas photo. Le début de match, dominé 4-0 par les Normands, l’a d’ailleurs prouvé. Pourtant, Hérouville Futsal n’a pas pu faire mieux qu’un nul 6-6 contre Bagneux, samedi soir. Cette cinquième journée aurait pu être celle de la relance pour des Hérouvillais passés à côté de leur sujet en ce début de saison. Elle a, en fait, été celle des confirmations.

 

La première d’entre elles, c’est qu’Hérouville est pour l’instant à des années-lumière de la merveille de saison réalisée l’an passé. HF avait pris la troisième place de la poule à deux points des leaders. Le promu avait créé la sensation en s’appuyant sur trois valeurs fortes : un collectif soudé, des individualités performantes et une invincibilité impressionnante à domicile, où Hérouville avait tout gagné. Autant d’atouts qui se sont délités durant la trêve estivale. Hérouville s’est d’abord fait humilier chez lui par Champs, huitième du championnat avec l’avant-dernière attaque (0-8 !), puis a reçu une claque violente en s’inclinant 4-6, toujours à domicile, contre La Guérinière. À l’extérieur, les Hérouvillais ont fait légèrement mieux, mais pas assez pour que cela soit réellement significatif : match nul 2-2 à Laval et défaite 6-5 à Furiani, deux équipes du haut de tableau.

 

 

Des individualités moins performantes et un manque de rigueur

 

Les résultats de la saison dernière seraient-ils montés à la tête des Hérouvillais ? Pas impossible, et pourtant le discours de Samir Alla avant la reprise était très prudent : le maintien avant tout. Dans les déclarations au moins, Hérouville n’affichait aucun excès d’ambition. Samedi dernier, d’autres éléments ont sauté aux yeux. « On a péché défensivement, note Toufik Daikha, l’entraîneur local, en premier lieu. Bagneux a profité de nos temps faibles. » Inhérents à tout match, ces temps faibles ont été mal gérés par des Hérouvillais en manque de confiance. Alors qu’ils menaient 6-3, les Calvadosiens se sont fait rejoindre à trois minutes de la fin. Et c’est peu dire qu’on le sentait venir au vu de la fébrilité qui était la leur. « On a  quand même de la malchance, précise Toufik Daikha non sans raison. Quatre de leurs buts sont touchés ou déviés avant d’entrer. » Mais si la réussite se provoque, le manque de réussite ne tient pas non plus totalement du hasard…

 

Dans ce contexte, HF souffre d’une autre carence. « L’année dernière, on était plus fort individuellement. » Hérouville a perdu son gardien Eddy Franchet et l’un de ses buteurs Maxime Lelièvre, mais ce sont surtout ceux qui sont restés qui ne carburent pas encore à plein régime. Samedi dernier, Nabil Alla – dont on connaît pourtant l’impressionnante force de frappe – est resté muet. Son frère Samir, capitaine de l’équipe et international français, est passé au travers contre Bagneux, multipliant des pertes de balle très inhabituelles. « Le niveau de la D2 est plus élevé, observe son coach. Tactiquement, ça évolue. » La marge tendrait donc à se réduire entre Samir Alla, qui ne peut être que particulièrement ciblé, et ses adversaires. En règle générale, Hérouville ne peut plus compter sur l’effet de surprise qui a probablement eu de l’impact la saison dernière. C’est même le contraire. « Les équipes voient nos mauvais résultats et viennent en profiter. Cette année, les choses ne nous sourient pas. »

 

 

Et pourtant, le talent est encore là

 

Il ne fait pourtant aucun doute qu’Hérouville a « tous les ingrédients pour réussir », comme le souligne Toufik Daikha. D’ailleurs, son début de match contre Bagneux l’a prouvé. Et sur les six buts inscrits, cinq l’ont été à l’issue d’une petite démonstration de force collective. « On progresse sur ce point-là. On a offert un beau spectacle et on a mieux joué que Bagneux. On mérite la victoire sur la qualité de jeu démontée, mais la mauvaise gestion des temps faibles a coûté cher. Il faut savoir gérer nos émotions. » Avant-dernier avec deux points sur quinze possibles, Hérouville ne cède pas à l’inquiétude – une seule équipe descendra – mais admet réviser ses ambitions à la baisse. Le podium espéré en interne à l’origine semble désormais bien difficile à aller chercher. « La réussite nous fuit, et on manque un peu de caractère dans les dix dernières minutes de chaque match, mais on ne va rien lâcher pour retourner la situation », promet Samir Alla. Le déplacement chez le deuxième Faches Thumesnil samedi prochain s’annonce périlleux.

 

 

Les buteurs hérouvillais contre Bagneux : Tarik Baghit (x2), Amin Charef, Rarek Chaanouane, Lokman El Arabi, Jamel Vaillant. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr